Esthètes. Éclectiques. Ainsi sont Cosima et Austin, les deux fondateurs de l’agence créative et marque d’art de vivre CONCEPT. Un nom qui reflète leur obsession à aller chercher le sens et l’origine des choses. « La vie est indéfendable si on n’est pas à l’origine des choses » était une devise d’Emanuel Ungaro, le père de Cosima, empruntée à Antonin Artaud. Une chose est sûre : elle imprègne encore aujourd’hui fortement Cosima et Austin et la façon dont ils vivent et travaillent. Ramener du sens, aller chercher de la profondeur, prêter attention à la force des détails, revenir au “concept”, à l’origine. Un appel à faire ce que l’on porte en soi, et à aider les autres à y parvenir • Remontons à l’origine des choses. Esthète : mot emprunté au grec « qui perçoit par les sens ». « Je suis une victime et un producteur d’émotions » disait Emanuel Ungaro. Romantique, sensoriel, charnel, tel est l’univers de Cosima et Austin. Les objets, les gens, le monde leur parlent. Nul besoin de discourir, il faut ressentir. Un atout indéniable pour saisir l’essence d’une marque qui les approche : comprendre comme une fulgurance ce qui la rend unique, ce qui fait sa raison d’être. Le revers de la médaille ? Difficile pour eux de travailler avec des gens ou des marques avec lesquels ils n’entrent pas en résonance. CONCEPT est affinitaire. Aucun snobisme derrière cela, mais le simple signe d’une désarmante sincérité. « Qui que tu sois, toi qui approches, ce qui peut te sembler horrible me plaît. Si cela te plaît, reste, si cela t’ennuie, pars ! L’un me sera aussi agréable que l’autre » dit une maxime toscane chère à leur cœur • Éclectique : mot emprunté au grec « qui exerce un choix, sélectif ». « les Éclectiques, philosophes qui empruntent des éléments de leur doctrine à différentes écoles, surtout à l'épicurisme et au stoïcisme ». Etymologiquement, l’éclectisme ne s’entend donc pas sans curation, et Austin et Cosima excellent à cette philosophie : rechercher une vérité dans de multiples sources, choisir le meilleur dans chacune, être des passeurs qui s’attachent à la coïncidence des pensées entre un monde ancien et un monde moderne. Cosima porte à son doigt une chevalière contemporaine sur laquelle est montée une pièce de monnaie romaine. Par l’intermédiaire de la bague, le cercle, forme divine et parfaite, devient tangible. Sans début ni fin, il est intègre et immuable, à l’image de l’éternité - et du logo de CONCEPT. Austin et Cosima cultivent l’art de saisir leur époque sans tomber dans l’immédiateté • En leur temps, les Eclectiques avaient peur du sectarisme : Austin et Cosima ont cette même obsession de ne pas se laisser enfermer et de repousser les limites. Austin, franco-américain aux origines italiennes et allemandes, se sent “universel” : très ouvert au Monde, il est doté d’un appétit d’exploration insatiable. Cosima, italienne empreinte d’humanisme, est aussi française et vit Paris comme un village. Elle pourrait se dire japonaise tant elle ressent de manière intuitive cette culture. Ils vivent la curation d’objets comme un voyage : dans les lieux qu’ils façonnent, des statuettes d’art africain se mêlent à des marbres de statues antiques, des tables en pietra dura, des paravents chinois et des sofas recouverts de tissus ouzbeks. Un choix éclectique, mais en parfaite harmonie • L’éclectisme, c’est aussi l’amour des antithèses, des oxymores et des paradoxes. Sur CONCEPT flotte un esprit entre ombre et lumière, entre connaissance et rêverie. On y crée des atmosphères où l’on cultive la dualité et les contrastes, où l’on accueille sans ambages la rigueur et l’excès. On y construit et déconstruit les rapports sulfureux entre nature et culture, on taquine humilité et transcendance, discrétion et opulence ; on s’enveloppe d’une douce intimité qui réveille une vorace curiosité. On y fait l’expérience de l’homme, de sa vulnérabilité et de sa force, de sa sauvagerie et de sa perfection. On s’intéresse aux rapports entre les êtres humains, à leurs modes de comportement, à ce qui peut les nourrir et les transformer. Dans l’espoir d’inspirer un monde meilleur et de l’habiter avec bonheur.

« Logé partout, mais enfermé nulle part, telle est la devise du rêveur de demeures. »

La Poétique de l’Espace, Gaston Bachelard.

15 rue de Grenelle
75007 Paris

info@conceptparis.com
@concept.paris